top of page

Vega : Seulement un effet d’optique ou un « Folklore Planétaire »


Portrait de Victor Vasarely

Après avoir créé avec l’aide de Marcel Duchamp et Man Ray un alphabet plastique dont les combinaisons infinies doivent donner naissance à un art méthodique, Victor Vasarely, peintre du XXème siècle, s’intéresse à l’univers abstrait pour se diriger vers l’art optique, l’art des illusions.


Cet artiste est reconnu internationalement comme étant le père, le maître et le pape de l’art optique grâce au prix Guggenheim qu’il a reçu en 1965.


C’est en 1957 que Vasarely peint Vega qui devient le commencement d’une étape importante de sa vie appelée « Vasarely Vega ». Cette période lie l’art, la physique, les formes et les couleurs, le tout également marié à la toile du peintre ; cette œuvre en est l’illustration toute ([1], [2], [3]) désignée.

Victor Vasarely, Vega (1957), Fondation Vasarely

Vega est un damier dont les lignes courbées renversent la régularité géométrique. De ce fait, Vasarely a utilisé cette technique pendant toute sa période Vega, notamment avec Vega 200 en 1968. Les effets de contraction et d’expansion cherchent à bouleverser le spectateur en l’intégrant à l’univers des galaxies, aux pulsations cosmiques et à la mutation biologique de la cellule.



Victor Vasarely, Vega 200 (1968), Fondation Vasarely

D’autre part, ce nom est aussi celui d’une étoile également appelée en astronomie Alpha Lyrae selon la désignation stellaire de Bayer, astronome du XVIIème siècle. Elle est l’étoile la plus brillante de la constellation de la Lyre, avec une masse et une luminosité trois fois et cinquante fois plus importante que le Soleil. Elle a été ainsi l’inspiration et la détermination de Vasarely, qui décrit tout cet univers dans son ouvrage Entretiens avec Victor Vasarely précisément lorsqu’il déclare “au-delà, c’est l’univers expansionnel : la condensation et la fuite éperdue des galaxies.”.


Selon la position du spectateur face à la toile, Vasarely parvient, par le biais de l’art cinétique, à donner vie à des illusions et ainsi donner l’impression que la représentation est en mouvement grâce à la lumière et les vibrations. Cette situation instable est censée donner le vertige au spectateur et le fait de jouer sur les effets d’ombre et de lumière force la rétine à créer sa propre image.


Regardez de plus près et la double distorsion sphérique des perspectives – concave et convexe – renforcera l’effet d’optique en mouvement. La surface semble avoir été déformée et donne l’impression que quelque chose essaie soit de sortir, soit de reculer dans les profondeurs de la surface.


Tout ceci se résume à la « Théorie de la forme » utilisée par Vasarely. Cette théorie s’oriente sur 3 axes principaux :

  • Le tout est différent de la somme des parties,

  • La perception consiste en une séparation d’une figure sur un fond,

  • L’esprit structure la perception des formes selon certaines lois naturelles.


Fondation Vasarely à Aix-en-Provence, dans le Sud de la France (Gabrielle VOINOT)

C’est la raison pour laquelle Vasarely nomme ses œuvres « des surfaces respirantes », à l’image de Vega, qui a été la première œuvre de cette période donnée. Il agence ses figures géométriques avec une précision comparable à celle d’un architecte en choisissant des formes et des figures usuelles du plan pour faire apparaître des volumes.


Vega est en réalité une figure géométrique trompe-l’œil méthodique, précise et efficace créée par un architecte de l’art optique qui a cherché à atteindre la démocratie de l’art. Autrement dit, Victor Vasarely a souhaité créer un art accessible sans connaissances particulières préalables, sans symbolismes, sans frontières sociales et intellectuelles.

Vega est une simple mais parfaite illusion d’optique que vous pouvez aller admirer à la Fondation Vasarely à Aix-en-Provence. Par ailleurs, vous pouvez remarquer que cet art optique a été repris et retravaillé plusieurs fois après sa création, notamment avec les œuvres remarquables de Takashi Murakami exposées dans le monde entier.



Décryptage Citoyen a pour but principal de décoder l’actualité,

pour un citoyen plus éclairé.

Le 14 septembre 2020,

Hugues de Saint Pierre, rédacteur chez Décryptage Citoyen

Sources utilisées et pour en savoir plus :

https://www.guggenheim.org/artwork/artist/victor-vasarelyhttps://www.albrightknox.org/artworks/k196929-vega-norhttps://www.kazoart.com/blog/vasarely-en-10-oeuvres/http://www.op-art.co.uk/victor-vasarely/https://www.francetvinfo.fr/culture/arts-expos/peinture/vasarely-au-centre-pompidou-5-points-a-retenir-sur-un-artiste-phare-des-annees-1960-1970_3383911.htmlhttps://www.bbc.com/culture/article/20190305-victor-vasarely-the-art-that-tricks-the-eyeshttps://www.fondationvasarely.org/centre-architectonique/victor-vasarely/https://fr.wikipedia.org/wiki/Op_Arthttps://fr.wikipedia.org/wiki/Victor_Vasarely

Posts récents

Voir tout
bottom of page