top of page

Les changements amenés par l’IA seront-ils fulgurants ?

Qu’est ce que l’IA ?

« Les Machines peuvent-elles penser ? », telle est la question que le mathématicien et cryptologue Alain Turing se pose en 1950. Pour y répondre, Turing met en place un test ingénieux qui permet de mesurer l’indiscernabilité entre homme et machine. Ayant mis fin à ses jours que 4 ans plus tard, ce test ne sera jamais passé de son vivant. Turing n’assistera pas non plus à la montée en importance de sa problématique et n’a jamais pris connaissance du terme « Intelligence Artificielle » (ou IA). A travers ces mots, on désigne souvent une entité dotée d’une intelligence créée par l’homme, ou du moins une entité possédant certaines capacités cognitives similaires à celles d’un être vivant. L’IA serait donc un robot, un ordinateur (ou autre) qui réfléchit et/ou agit par soi-même, de la même manière qu’un être humain… Mais en réalité l’IA n’est qu’une série d’algorithmes imitant le processus de réflexion humain, nous donnant ainsi l’illusion d’une conscience humaine. A l’origine, ce n’était qu’un système qui reproduisait notre comportement.

Il y a peu, son autonomie était plutôt limitée et ne concernait que quelques domaines très précis, tel que la traduction automatique (Reverso par exemple). Sans compter que l’action et les effets de l’IA se faisaient rarement ressentir de manière directe ou flagrante dans notre quotidien. Ce phénomène a énormément évolué ces dix dernières années, comme le montre l’apparition des smartphones et leur mode de fonctionnement. C’est à partir de ce changement que provient l’immense intérêt que notre société actuelle porte à ce sujet.



Il est vrai que durant la seconde moitié du 20ème siècle, le thème d’une Intelligence Artificielle prodigieuse, voire supérieure à l’Intelligence Naturelle, était simplement relégué au domaine de la Science Fiction. Cette IA « consciente » était représenté dans des Blockbusters Américains, tel que « Terminator » ou «2001 : A Space Odyssey ».

Aujourd’hui, en 2019, l’efficacité croissante de l’IA lui a permis de s’immiscer dans la vie de tous les jours. Dans le domaine scientifique cela dit, l’Intelligence Artificielle est un sujet d’actualité depuis maintenant plus de cinquante ans. Comme l’explique Jean-Claude Heudin, dans une interview pour Futura Tech, le terme « Intelligence Artificielle » est né en 1956 lors de la Conférence de Dartmouth. Au début, la signification initiale du terme était légèrement différente. A l’époque cette notion désigne surtout un domaine de recherche. Selon Jean Gabriel Ganascia, la conférence de 1956 a mis au point non seulement un nouveau terme mais aussi « une nouvelle discipline»… Les recherches sur cette discipline perdurent encore aujourd’hui, leur cumul influencera presque chaque facette de notre société occidentale. Toutefois, seuls quelques pays pourront se prévaloir d’être l’origine de ces changements.


Les Pays Pionniers en IA

Le concept de l’IA a vu le jour dans les années 1950 aux Etats Unis. Historiquement, ce pays est le premier à avoir investi dans ces technologies devenant ainsi le premier pays pionnier en matière d’IA. En Juin 2018, le site Statista a recensé 1393 start-ups américaines entièrement dédiées au développement de l’intelligence artificielle. Selon ce même site, la hine est le deuxième pays pionnier dans le domaine de l’IA, mais elle reste loin derrière les EUA en termes de nombre d’entreprises. Dans cette course aux start-ups, la France ne cumul que peu de retard puisqu’elle se trouve 7ème dans le classement de Statista. Israël, le Royaume-Uni, le Canada et le Japon occupent respectivement la 3ème, 4ème, 5ème et 6ème place du top 10 ; tandis que l’Allemagne, l’Inde et la Suède bouclent cette liste. Toutefois, ces chiffres ne sont peut-être pas représentatifs. En 2019, une étude de MMC Ventures montre qu’une grande partie des start-ups européennes spécialisées en IA, ne le sont pas vraiment. Ainsi le nombre d’entreprises ayant pour visée l’IA est sans doute mondialement surestimé pour attirer les financeurs…


Ce qui est encore sûr à ce jour, c’est que l’avantage dont dispose les EUA provient aussi de ses entreprises préexistantes. En Janvier 2019, le géant Microsoft a déposé 18 365 brevets en lien avec l’Intelligence Artificielle. Par ailleurs, c’est IBM, une autre entreprise américaine, qui occupe la 2ème place au sein de la « course aux brevets ». Quant au géant américain le plus célèbre, Google, il se trouve à la 5ème place avec 9 536 brevets. Cependant, Google est à la tête des projets les plus prometteurs notamment dans le domaine du « Deep Learning », une technologie utilisée pour la reconnaissance vocale. Dans un secteur semblable on peut également citer Apple et son application « Siri », ou encore Amazon et son assistante personnelle intelligente « Alexa ».


Enfin, il faut noter que la Chine a pour objectif de dépasser les EUA dans le domaine de l’IA, d’ici 2030. Un objectif atteignable, étant donné que les EUA commencent à s’essouffler selon une revue technologique du MIT. La Chine, quant-à-elle, a accueilli près de la moitié des investissements en IA en 2017. De plus, l’Etat Chinois a accès à un nombre plus conséquent de données, un élément crucial dans le développement des nouvelles IA. Le retard n’est donc pas irrattrapable et la stratégie chinoise est prometteuse. Ce pays s’est particulièrement distingué dans le domaine de l’IA avec l’innovation de la Reconnaissance Faciale. La concurrence entre les pays pour obtenir les plus grandes parts de ce marché s’annonce rude et on estime qu’en 2025 le marché de l’IA s’élèvera à 90 milliards de dollars. La Chine souhaite même créer une industrie à 150 milliards de dollars d’ici 2030, rien que pour sa propre économie.


En comparaison, le marché mondial de l’IA ne pesait que 250 millions de dollars en 2015. Cette tendance peut impressionner, mais à quel point cette technologie s’est-elle développée ?



L’IA : des capacités qui ont grandement évolué et leurs

conséquences…

Par le passé déjà, l’IA a prouvé sa supériorité face à l’homme dans des « domaines niches». L’exemple le plus connu est celui de l’IA « Deep Blue » qui, en 1997, a vaincu le Champion du Monde aux jeux d'échecs, Garry Kasparov. Un exemple encore plus récent est celui de l’IA « AlphaGo » qui a vaincu le Champion du Monde au jeu de Go, Lee Sedol. Ces victoires sont des réussites incontestables dans le développement d’une « super IA » mais ce sont des réussites «isolées» qui ne modifient pas réellement la condition humaine. Toutefois, l’Intelligence Artificielle se pose comme objectif d’accompagner l’humain dans chaque aspect de la vie, et de faciliter les tâches du quotidien. L’IA est donc sur le point de renouveler le fonctionnement de certaines disciplines et professions :

  • En Santé et en Médecine : C’est l’un des domaines où les technologies d’IA semblent être déjà très présentes à l’heure actuelle. Dans un article du journal Le Monde , les auteurs du rapport Villani affirment que « Le développement de l’IA est appelé à transformer en profondeur les pratiques des professionnels de santé». Cela dit, les grands changements restent encore à venir. Mais l’IA est déjà bel et bien appliquée dans l’Imagerie Médicale. Plus précisément dans la radiologie diagnostique, dans l’ophtalmologie, ou encore dans la dermatologie. L’IA d’imagerie a notamment démontré plus de rapidité et de précision dans la détection de tumeurs cérébrales, comme expliqué par Le Figaro. D’autres technologies d’IA semblent être capables de dépister quelques maladies des années à l’avance. Certains médecins souhaitent la mise en place d’un système de régulation de ces technologies, puisque ces dernières sont absolument indépendantes de l’homme. Ainsi, les médecins français sont sceptiques quant à ces avancées. Tandis que de l’autre côté de l’Atlantique, la « Food and Drug Administration » (FDA) a autorisé la commercialisation de 13 solutions médicales s’appuyant sur l’IA.

  • Mobilier et Objets du Quotidien dotés d’une forme d’IA : Il s’agit ici des avancées en IA les plus notables puisque leur usage est effectué par beaucoup. Citons par exemple les assistants personnels tels que Siri, Cortana ou encore le Google Assistant. Des IA capables de gérer et activer diverses fonctions du téléphone, grâce à la reconnaissance vocale, afin de faciliter leur utilisation. Des IA qui se sont introduites aujourd’hui dans la majorité de nos objets du quotidien (ordinateurs, montres, enceintes, réfrigérateurs). Ces appareils sont désormais connectés au réseau domestique, pour pouvoir contrôler divers équipements. Ce passage du téléphone au mobilier a eu un large écho médiatique. C’est partiellement la raison pour laquelle l’Intelligence Artificielle est devenue un sujet qui suscite un intérêt particulier dans la société actuelle. Si ce type d’IA est arrivé sur le « devant du Podium », c’est grâce au « Deep Learning » mentionné précédemment. Notamment grâce aux énormes quantités de données qui peuvent être traitées de nos jours, autrement dit le « Big Data », et les formidables performances des processeurs modernes.


  • En Transport : La rencontre entre voiture et IA semble être le projet qui séduit le plus. Effectivement, plus de 18 entreprises ont investi dans ce domaine, telles que Ford, BMW, Toyota. Mais une partie d’entre elles ne sont pas originairement des constructeurs d’automobiles. En réalité l’un des projets le plus médiatisé est celui de Google. La France s’apprête elle aussi à investir dans ce secteur. En outre, si l’Agence d’innovation de rupture Européenne proposée par Emmanuel Macron voit le jour, cette dernière devrait concentrer ses efforts sur l’IA de Transport d’après le rapport Villani. Cependant, La Voiture Autonome fais face à une vague de scepticisme depuis le début 2019. Les raisons sont multiples : une surestimation des capacités de l’IA, une demande insuffisante de la part des consommateurs, de graves conséquences écologiques, ou encore des accidents de la route causés par ces voitures. Bien entendu aucune voiture autonome n’a encore été commercialisée, mais des accidents sont survenus lors d’expérimentations. Notamment dans l’Etat d’Arizona en Mars 2018, où une passante a été renversée et tuée par un véhicule prototype d’Uber. Par ces circonstances, l’IA va modifier certaines lois et principes juridiques. L’une des questions qui se pose est celle de la responsabilité civile lors d’un accident de la route causée par un véhicule autonome. De toute évidence, un large « Chantier Législatif » aura lieu avant que les voitures autonomes ne deviennent une banalité du quotidien. Ce chantier a déjà débuté avec la nouvelle Loi d’orientation des mobilités, qui propose notamment la mise en place de navettes autonomes dans les territoires peu denses.

  • En Justice/Droit : Outre les lois, le système juridique lui-même subit des bouleversements. On assiste ainsi à l’émergence de la « Justice Préventive ». Une IA capable d’anticiper certaines sanctions juridiques, en prenant compte des caractéristiques essentielles du litige. L’un des buts de cette IA serait la meilleure standardisation de la décision de justice, au profit de l’égalité entre les justiciables. Après tout, le « Juge IA » devrait être en théorie plus impartial qu’un « Juge Humain » ; d’où l’idée d’une meilleure égalité décisionnelle entre les différents procès de même sorte. Du moins, il devrait y avoir moins d’incohérences entre les divers jugements d’après les partisans de cette justice. Pour l’instant, ce type d’IA n’est utilisé que dans quelques provinces du Canada, et ce uniquement comme un outil d’aide aux magistrats. Comme il a été mentionné à plusieurs reprises, les avancées en IA ne sont pas toujours reçues de manière positive. En réalité, ce sujet est la source d’un véritable débat. Un gouffre se creuse entre les « Pro IA » et les « Anti IA ».


Des méfiances vis-à-vis de l’IA

Celles-ci sont d’ordres diverses. D’après le Rapport Villani, il faut d’ores et déjà poser les bases du cadre éthique des technologies IA, notamment lors de leur développement. Ce qui inquiète certains, c’est l’opacité qui entoure le fonctionnement de l’IA. En effet, l’immense nombre d’algorithmes d’apprentissages qui se cachent derrière une Intelligence Artificielle sont loin d’être à l’abri d’erreurs inexpliquées, et donc incontrôlables. Avec l’irruption de l’IA dans nos vies sociales et économiques, ces erreurs pourraient se traduire par un ciblage de publicités numériques révélatrices de discriminations compte tenu des critères pris en compte selon les profils.


Autre problématique : L’homme privé de son autonomie. Il s’agit d’un fait plutôt évident, et parfaitement illustré par l’IA de transport dont il a déjà été question. L’IA tend vers un perfectionnement qui, par la précision croissante des algorithmes, finira par dépasser les capacités humaines. Première Conséquence: la disparition d’un grand nombre de métiers. D’après le journal Les Echos, les métiers de Banque et d’Assurance, ou encore les employés de la comptabilité, les secrétaires, les caissiers et employés de libre services sont tous voués à disparaître d’ici 2080, et la liste est encore très longue. Evidemment le monde du travail est en proie à d’immenses transformations, et il y est « encore peu préparé », peut-on lire dans le rapport Villani.


D’autres prévisions sont encore plus alarmantes, selon l’étude « Future Employment » d’Oxford, 47% des emplois actuels n’existeront plus d’ici une vingtaine d’années… Toutes ces méfiances se sont traduites par la mise en place d’une Association Française contre l’Intelligence Artificielle. Quoi qu’il en soit l’avancée de l’IA va poursuivre son cours. Il est vrai que certaines recherches en IA perdent de la vitesse, et qu’un mouvement d’opposition s’est mis en place… Mais les probabilités pour que notre société rebrousse chemin sont faibles. Voilà pourquoi il faut quotidiennement s’informer des nouveautés et des percées concernant l’Intelligence Artificielle. Ces dernières pourraient très bien vous concerner dans votre vie de tous les jours ou dans votre carrière professionnelle.


Décryptage Citoyen a pour but principal de décoder l’actualité cryptée, pour un

citoyen plus éclairé


Yassen Krestev, rédacteur chez Décryptage Citoyen

Le 01/08/2019


Sources utilisées pour la rédaction de ce billet décryptage et pour en savoir plus :



Posts récents

Voir tout
bottom of page