top of page

La trottinette électrique un nouveau transport qui cartonne

Ces trottinettes n’auront jamais été aussi utiles qu’en temps de grève. Depuis plusieurs mois nous avons tous repéré ces nouvelles trottinettes sur les trottoirs de la capitale. Apparues du jour au lendemain, celles-ci nous offrent un nouveau moyen de mobilité et qui plus est, écologique. Ce nouveau moyen de transport est extrêmement plébiscité, puisqu’il est actuellement difficile d’en trouver une seule de disponible avec les grèves.



Alors, pour les fervents utilisateurs, sachez que ces dernières sont soumises à des réglementations de la mairie de Paris, qu’il est important de suivre particulièrement en ce moment pour assurer le bien-être de tous les usagers de la route.


Il faut savoir que ce principe de libre-service fut d’abord exploité par une compagnie de scooter électriques en 2017. Ces trottinettes ne sont apparues qu’en 2018 et douze opérateurs se sont distingués par la suite en France. A Paris elles ont été disponibles fin 2018 grâce à la compagnie Tiers.



Quelle a été l’objet de la polémique autour de ces trottinettes ?


Dès juillet 2019, la maire de Paris, Anne Hidalgo, souhaite mettre en place certaines mesures quant à leur utilisation dans la ville. Depuis plusieurs mois de nombreux faits divers avaient montré ce transport comme dangereux avec des personnes percutées, renversées et même tuées. Sur le pupitre de la maire le 6 juin, le jour de la conférence de presse, était d’ailleurs marqué « Trottinettes à Paris : en finir avec l’anarchie ». La volonté de madame Hidalgo à réguler cette utilisation fut sans faille et 4 décisions furent adoptées.


En premier lieu, les trottinettes ne pourront plus stationner sur les trottoirs. Cela peut paraitre un peu extrême mais en réalité, elles pourront être « garées sur les parkings à vélo et véhicules motorisés ». Elles peuvent cependant rester sur les trottoirs seulement si elles ne dérangent pas la circulation des piétons. De plus, d’ici l’année prochaine seront créées plus de 2500 places de parking exclusivement pour ce type de véhicule.


Pour continuer, les trottinettes sont maintenant interdites de circulation dans les parcs et jardins ainsi que sur les trottoirs afin d’éliminer tout risques pour les piétons.


La maire demande également à ce que tous les opérateurs brident leurs trottinettes électriques à 20 km/h au lieu de 25 comme c’est actuellement le cas.


Enfin, Anne Hidalgo souhaite réduire le nombre de trottinettes en circulation. Aujourd’hui 20 000 trottinettes sont disponibles dans la ville, gérées par les 12 opérateurs. La maire qualifie cela de « beaucoup trop » et pense « inenvisageable une augmentation à 40 000 trottinettes électriques d’ici 2020 ».


En ces temps de grèves à défaut de trains, métros ou encore trams, les vélibs, comme les trottinettes électriques, sont les nouveaux moyens écolos pour aller au travail. Les marques n’ont jamais été aussi heureuses car dans Paris il n’y en a plus une seule accessibles aisément. Les utilisateurs ne restent pas moins ravis de les utiliser pour éviter les embouteillages et le télé travail.


Pour conclure, la capitale attend l’adoption du projet de loi sur les mobilités, qui est actuellement en discussion, afin de réguler les nouveaux transports en libre services : trottinettes, vélos, gyropodes… Cela signifierait ainsi la limitation à 3 opérateurs dans la capitale mais aussi à la création d’assurance pour les accidentés en trottinettes. Ces évènements sont encore une preuve que, le monde des transports est en constante évolution et que les lois doivent apprendre à s’y adapter.



L’équipe Décryptage Citoyen souhaite bonne chance, à tous ceux qui doivent se rendre au travail ou à la fac malgré la grève !



Décryptage Citoyen a pour but principal de décoder l’actualité cryptée,

pour un citoyen plus éclairé


Eva Fernoux Coutenet, Secrétaire générale et rédactrice chez

Décryptage Citoyen

Le 17/12/2019


Sources utilisées pour la rédaction de ce billet et pour en savoir plus :

Posts récents

Voir tout
bottom of page